Quelles sont les retombées économiques d’achats d’aliments locaux?

Vous vous demandez peut-être quelles sont les retombées économiques réelles lorsque vous achetez vos produits en Mauricie?

Considérant que l’alimentation représente 19 % de notre consommation courante, il va sans dire que le remplacement d’aliments importés par des aliments locaux a un impact considérable sur notre économie.

Lorsque nous achetons un poulet qui a été élevé et abattu ailleurs dans le monde, nous utilisons notre argent pour payer une entreprise à l’étranger, ainsi qu’un transporteur et des intermédiaires. Au final, une infime partie de cet argent dépensé reviendra dans l’économie locale. À l’inverse, si je décide d’acheter un poulet produit localement, 100 % de mon argent dépensé ira dans l’économie locale, avec en prime des emplois locaux et des retombées économiques secondaires.

Selon le gouvernement du Québec[1], si chaque consommateur québécois remplaçait 12 dollars par semaine de ses achats de produits étrangers par l’achat d’aliments du Québec, cela permettrait d’injecter un milliard de dollars supplémentaires par année dans l’économie du Québec. Considérant que la Mauricie représente 2,5 % du PIB québécois, cela représente 25 millions de dollars additionnels pour notre région. Cette petite dépense additionnelle ferait ainsi passer de 51 % à 56 % le niveau d’achat auprès des fournisseurs locaux.

L’effet multiplicateur de l’achat local

Acheter des aliments locaux a un effet multiplicateur, car cela entraîne l’achat d’autres produits locaux, ce qui forme une boucle qui fait rouler l’économie locale. Des études montrent qu’un dollar dépensé chez un producteur local d’aliments est dépensé entre 2 et 2,5 fois dans l’économie locale, dans un rayon de 30 km autour du producteur.

En effet, les producteurs locaux qui perçoivent l’argent dépensé vont devoir payer leurs fournisseurs et partenaires locaux. Non seulement la vente directe de produits a un impact financier positif sur les producteurs locaux, mais elle leur permet aussi d’investir davantage dans leurs installations et leurs équipements, et d’embaucher des travailleurs supplémentaires, lesquels pourront à leur tour faire une dépense supplémentaire dans l’économie locale.

La figure ci-contre illustre le processus qui s’enclenche lorsque l’achat local est privilégié. Le simple fait d’acheter 100 $ d’aliments locaux se traduit par un revenu de 100 $ pour les producteurs locaux. Considérant que cette dépense et ce revenu seront taxés et imposés à hauteur de 40 %, les 60 $ restants seront remis en jeu dans le circuit local, ce qui engendrera une deuxième vague de production et un nouveau revenu de 60 $, lesquels pourront être affectés à l’achat de matériels auprès de fournisseurs locaux. De ce montant auxquels 24 $ seront perçus en taxes et impôts, il s’en suivra une autre vague de dépenses et de revenus de 36 $, et ainsi de suite. Au final, les 100 $ initialement dépensés dans l’économie locale pourraient générer jusqu’à 250 $ de dépenses supplémentaires dans l’économie locale. On parlerait alors d’un effet multiplicateur de 2,5 dans l’économie locale.

Enfin, puisque chaque étape du circuit local de production est sujette à des prélèvements fiscaux, cela procure aux gouvernements des revenus qui seront à leur tour réinjectés dans nos services publics, que ce soit dans les loisirs, l’éducation ou la santé.

Les retombées liées à l’augmentation des achats d’aliments produits et transformés dans l’économie locale sont bien donc réelles et nombreuses.


[1]Gouvernement du Québec, Mettre les aliments québécois dans son panier, 2021.

Alain Dumas

Partager sur :
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Ces articles pourraient vous intéresser

22 septembre 2022

Des desserts aux champignons? Découvrez où manger les meilleurs en Mauricie! En prime, une recette de risotto! Miam! Miam!

21 septembre 2022

J’ai sorti la mijoteuse sur mon comptoir, elle frémit déjà à l’idée d’offrir son bouilli d’automne, si réconfortant, entre petites fèves, quartiers de choux, pommes de terre, carottes et rôti de palette qui fondra dans la bouche.

19 septembre 2022

Découvrez les trois raisons qui expliquent pourquoi on devrait tous privilégier l'achat local.

18 août 2022

L’autonomie alimentaire exige un savoir-faire agricole au niveau local. Pour se maintenir et se développer, ce savoir-faire a besoin d’une économie locale dynamique, et donc du soutien actif des consommateurs locaux.

18 août 2022

Je crois qu’être solidaire, c’est entre autres prendre le temps d’acheter local. Des études ont prouvé qu’à produit égal, acheter local n’est pas plus cher, sans compter l’impact écologique positif.

15 août 2022

Découvrez comment cuisiner avec des restes alimentaires et pourquoi réduire le gaspillage.

15 juillet 2022

La Mauricie est un immense jardin à ciel ouvert, ou les vallons sont recouverts de cultures de toute sorte.

15 juillet 2022

Présentement à l’Auberge, j’utilise le jus de fraises immatures comme substitut au jus de citron. Une alternative locale pour remplacer un fruit qui doit parcourir des milliers de kilomètres pour arriver à nos tables.

15 juillet 2022

Vous vous demandez pourquoi les aliments qui viennent de loin sont moins goûteux que ceux de notre potager ou de la ferme?