Joëlle Carle, cofondatrice et directrice de La Brouette, dévoile ses trucs et astuces pour réduire le gaspillage alimentaire

Manger local… et réduire le gaspillage alimentaire!

Quand on jardine, on a tendance à réduire le plus possible la perte et le gaspillage de nos précieuses récoltes. Nous y avons mis tant de temps, nous voulons les déguster et les valoriser au maximum. Pourquoi ne pas faire de même avec nos achats à l’épicerie ou au marché? Les aliments possèdent tous une grande valeur et nous devons, dans la mesure de nos capacités, les optimiser le plus possible, qu’ils soient locaux ou non.

Pourquoi réduire le gaspillage alimentaire?

C’est que les aliments ont nécessité des ressources (eau, engrais, machinerie, main-d’œuvre, transport, emballage, réfrigération, etc.) pour arriver jusqu’à nous, et généreront des GES en se décomposant au site d’enfouissement. C’est dommage de leur faire prendre le chemin de la poubelle.

Certaines personnes ont fait connaître le mouvement « anti-gaspi » (ou zéro gaspi) au cours des dernières années. C’est entre autres le cas de Florence Léa-Siry. Vous pouvez trouver ses ouvrages à votre bibliothèque. Vous en découvrirez beaucoup sur l’importance de la créativité dans la préparation des repas, et aurez peut-être envie de redéfinir votre façon de cuisiner!

L’anti-gaspi est tellement à la mode que même IKEA offre un guide sur la cuisine des retailles. Quand une mode met en lumière des moyens de réduire les déchets et de valoriser les aliments, on aime ça!

Ce sujet m’interpelle évidemment énormément. D’ailleurs, j’offre un atelier sur l’alimentation écoresponsable dans lequel je donne des trucs pour manger local et réduire le gaspillage alimentaire.

Vous en voulez quelques-uns?

Fruits et légumes oubliés dans le fond du réfrigérateur ou de l’armoire? Aucun problème! On peut les cuisiner et on aura vite oublié leur côté mou ou défraîchi! Carottes molles, tomates ratatinées, pommes poquées égalent de bons potages, de bons légumes grillés ou une délicieuse croustade aux pommes!


Les épluchures, à la poubelle? Non! Manger les épluchures permet d’éviter du gaspillage, d’économiser de l’argent et de réduire la taille de la poubelle (ou les aliments envoyés au compost). On optimise et on valorise toute notre nourriture. Les épluchures et les fanes bien nettoyées, de préférence biologiques, sont comestibles et peuvent détenir des propriétés et des vitamines intéressantes pour notre santé.

Voici quelques idées surprenantes pour cuisiner nos déchets alimentaires

Des initiatives qui réduisent le gaspillage alimentaire ici!

Cultive le partage, qui regroupe Maski Récolte, Des Chenaux Récolte, Trois-Rivières, Récolte, Shawi Récolte et Mékinac Récolte, souhaite valoriser les pertes alimentaires sur notre beau territoire.

Le principe est simple : un producteur ouvre son champ, des cueilleurs bénévoles viennent cueillir et un organisme en aide alimentaire reçoit une partie des récoltes. Tout est divisé en 3, entre le producteur, les cueilleurs et l’organisme.

Ingénieux, non?

Les Frigos partage offrent la possibilité aux producteurs et aux gens de déposer des denrées périssables et non périssables dans un réfrigérateur accessible en tout temps. Les gens y passent et peuvent prendre ce dont ils ont besoin. Consultez ce site pour avoir la liste des frigos en Mauricie.

Les ateliers À vos frigos sont offerts par IGA et comprennent des conférences gratuites pour outiller les citoyens à travers le Québec à lutter contre le gaspillage alimentaire à l’aide de conseils simples et pratiques.

Et vous, quels sont vos trucs pour réduire le gaspillage alimentaire?

Jöelle Carle

Partager sur :
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Ces articles pourraient vous intéresser

22 septembre 2022

Des desserts aux champignons? Découvrez où manger les meilleurs en Mauricie! En prime, une recette de risotto! Miam! Miam!

21 septembre 2022

J’ai sorti la mijoteuse sur mon comptoir, elle frémit déjà à l’idée d’offrir son bouilli d’automne, si réconfortant, entre petites fèves, quartiers de choux, pommes de terre, carottes et rôti de palette qui fondra dans la bouche.

19 septembre 2022

Découvrez les trois raisons qui expliquent pourquoi on devrait tous privilégier l'achat local.

18 août 2022

L’autonomie alimentaire exige un savoir-faire agricole au niveau local. Pour se maintenir et se développer, ce savoir-faire a besoin d’une économie locale dynamique, et donc du soutien actif des consommateurs locaux.

18 août 2022

Je crois qu’être solidaire, c’est entre autres prendre le temps d’acheter local. Des études ont prouvé qu’à produit égal, acheter local n’est pas plus cher, sans compter l’impact écologique positif.

15 juillet 2022

La Mauricie est un immense jardin à ciel ouvert, ou les vallons sont recouverts de cultures de toute sorte.

15 juillet 2022

Vous vous demandez peut-être quelles sont les retombées économiques réelles lorsque vous achetez vos produits en Mauricie? Considérant que l’alimentation représente...

15 juillet 2022

Présentement à l’Auberge, j’utilise le jus de fraises immatures comme substitut au jus de citron. Une alternative locale pour remplacer un fruit qui doit parcourir des milliers de kilomètres pour arriver à nos tables.

15 juillet 2022

Vous vous demandez pourquoi les aliments qui viennent de loin sont moins goûteux que ceux de notre potager ou de la ferme?